Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2013

L'Europe et la Jeunesse, Le Café Europe du 26 Février 2013

Paris, France, Europe, Jeunesse, gilles LE BAIL, Aurélien CARON, Catherine MOURADIAN


Faisons ensemble un bilan de la société européenne; en période de crise nous avons besoin de toutes les énergies pour trouver des solutions, impulser des idées et exiger leur mise en oeuvre...

Venez nombreux, partager notre débat avec Gilles LE BAIL qui vient de publier aux éditions Fortuna

"L'Europe : Défaite ou Défis" qu'il dédicacera sur demande en fin de soirée et 

Aurélien CARON  Président des Jeunes Européens - France (Les Jeunes du Mouvement Européen de France), http://www.jeunes-europeens.org

 

Gilles Le Bail : 

http://www.gilleslebail.fr

On ne nait pas engagé, on le devient.

Ancien international d’athlétisme, Gilles Le Bail a très tôt développé le goût de l’effort et du challenge. Il consacre une partie de sa vie à défendre des valeurs humanistes. Sous la direction de Dominique Schnapper, membre du Conseil Constitutionnel, il obtient un master I. Engagé dans la vie associative, il devient Vice-Président de l’UFCV et puise ses valeurs dans le personnalisme.

Après un master II à l’EHESS et à l’ENS, il devient Délégué National à la Croix-Rouge Française. Il y accompagne les orientations stratégiques. Au travers des projets opérationnels, il est directement confronté aux enjeux internationaux et européens.

Directeur Général de JCLT, membre consultatif du Conseil Economique et Social de l’ONU à Genève, il développe des projets pour des enfants maltraités ou délinquants.

Délégué Général de la FFMJC, il s’appuie sur un réseau de 2 millions d’adhérents, dont 500 000 jeunes. Il construit des relations avec les collectivités locales, les parlementaires, le gouvernement français et les entreprises. Il s’engage sur des réformes comme la décentralisation, les politiques en direction des jeunes ou de la culture. Il développe des relations internationales avec les pays du Maghreb, d’Afrique noire, de l’Allemagne et l’Italie.

Il intervient à l’Université de Pékin (Chine) et en Bolivie, sur les liens entre démocratie et société civile à la demande du Ministère des Affaires Etrangères français.

Elu à la Présidence du CNAJEP, de 2009 à 2011, il représente un secteur de 430 000 associations, 6 millions de bénévoles, 650 000 salariés et 1,4% du PIB. Il assume également la Vice-Présidence de la CPCA représentant le mouvement associatif français. Il est membre du Comité national de Suivi du Grenelle de l’Environnement.

Toutes ces actions sont à la genèse de son premier livre « Et pour que Marianne chante à nouveau », qui témoigne de ses convictions en matière de citoyenneté et de valeurs républicaines. Ses propos optimismes s’orientent vers les jeunes et l’avenir de la société française. Ce livre est sélectionné par le Prix Edgar Faure en 2011.

En novembre 2012, il publie « L’Europe : défaite ou défis » préfacé par B. Esambert, membre de la COB, qui co-préside le groupe Bolloré et le Conseil de surveillance de Lagardère-Groupe et l’Institut de l’Entreprise.

Consultant-expert auprès des collectivités locales et des entreprises, il intervient sur les conduites de changement, sur les opportunités et les atouts de l’Union Européenne, sur la mise en place des partenariats public/privé, et des politiques de jeunesse et de culture.

04/06/2011

Café Europe Ile de France - La crise économique, réalités et mensonges ?

Venez nombreux participer à une discussion hors des sentiers battus avec Jean – Marc Sylvestre, économiste et  journaliste, auteur de plusieurs ouvrages de référence dont  récemment, co-écrit avec Olivier  Pastré « On nous ment ! Vérités et mensonges sur la crise »  Ed Fayard...

La Finance peut-elle être autorégulée ? La croissance verte, est-elle un remède plausible ? L'Europe, est-elle, si fragile ?

Qui sont les menteurs et pourquoi ?

A la veille du lancement des programmes électoraux, voici sans doute un débat éclairant !

Très chaleureusement à tous

Paris, Europe Crise économique, Jean-Marc Sylvestre, centrisme

 

 

 

09/07/2007

Le Bois de Boulogne interdit ...

Le Bois de Boulogne interdit aux promeneurs par arrêté préfectoral

De la part d'un ami BCBG mais révolté...

Promenade au bois de Boulogne....

Les flâneries bucoliques, le long des sentes parfumées et calmes des bois parisiens « interdites» !

Jeudi 5 juillet 2007...18H00...Le ciel anthracite incite à la mélancolie en ce début d'été qui ressemble davantage à un triste automne...Enfin, il ne pleut pas...du moins pas encore. Un petit vent frais fait bruisser les feuilles des arbres du bois de Boulogne. Un automobiliste se gare avenue de la Reine puis décide de flâner dans le bois. Pour échapper à la rumeur de la circulation, il s'enfonce dans les sous-bois...où courent de jeunes lapereaux. Le malheureux ne sait pas qu'il vient de commettre un horrible délit.

Soudain, au détour d'un sentier, il aperçoit un groupe cycliste de trois policiers en tenue qui patrouillent sur une allée cavalière. Ils ont mis pied à terre et interpellent des promeneurs qui émergent des sentes ... A proximité, un homme immobile fixe, hébété, un document qu'il tient à deux mains. Mise modeste, rasage incertain, vieilles chaussures... il ne respire pas l'opulence. Un autre de ses semblables est en grande discussion avec deux des argousins. Lui aussi est gratifié d'un petit document...

Non, il ne s'agit pas d'une publicité sur les vertus de l'écologie tant à la mode, ni d'un plan du bois généreusement distribué aux égarés, pas plus que de l'annonce d'un gala au bénéfice des orphelins de la police ...il s'agit bel et bien de contraventions...et semble-t-il de 5e classe, avec comparution au tribunal...

Car il est interdit, encore faut-il le savoir, de se promener dans les sous-bois des bois de Boulogne et de Vincennes. Les promeneurs ne sont autorisés qu'à circuler dans les allées qui font plus de 3 mètres de large ou sont enduites d'un revêtement. Ces mesures auraient pour objet, dit-on, de protéger contre les chutes éventuelles d'arbres et surtout de lutter contre la prostitution.

Certes, on pouvait apercevoir, ci et là dans les taillis, certaines jeunes personnes d'allure féminine qui pouvaient donner l'impression de vivre de leurs charmes...et il n'est pas exclu que certains promeneurs, ne désiraient seulement, tel Chateaubriand, s'extasier devant les arbres grands comme des cathédrales...Mais, les amours tarifées ne constituent pas un délit.

Quoi qu'il en soit, ces pauvres bougres étaient affligés...et leur situation inspirait un sentiment d'injustice devant une nouvelle entrave aux libertés. Après les halls d'immeubles...les sentes des bois parisiens...

Comme il est vraisemblable...en y mettant un peu de bonne volonté... que depuis l'adoption en 2003 de la loi pour la sécurité intérieure (LSI ou Loi Sarkozy II), n'importe quelle jolie femme, trop bien maquillée et habillée de manière sexy, flânant en quête d'aventure dans un lieu public, pourrait « tomber » pour racolage passif, ce nouveau délit au contour incertain introduit à cette occasion dans le code pénal.

Jeudi 5 juillet 2007...18H00...Un ciel anthracite enveloppait la capitale sous une chape de plomb.

La chape de plomb de l'ordre moral n'envelopperait-elle pas la France insidieusement...